Accueil » Yatagarasu, un corbeau pas comme les autres
Corneille à Neuchâtel

Yatagarasu, un corbeau pas comme les autres

Quel genre d’image les corbeaux portent-ils pour les japonais ?
Aujourd’hui, les corbeaux (et tous les membres de leur famille tels que les corneilles) ont en fait une image plutôt négative. Tout d’abord, leur couleur noire et leur croassement sinistre en font des volatiles de mauvaise augure. De plus, ils causent d’énormes dégâts en ville comme en campagne et posent de véritables problèmes sociaux. Tout cela fait que la plupart des japonais ne les portent pas dans leurs cœurs. Finalement, l’image est similaire à celle qu’on en a en Occident. D’ailleurs, dans les histoires les corbeaux sont souvent les serviteurs des sorcières n’est-ce pas ?

Le corbeau, messager divin

Pourtant, saviez-vous qu’autrefois le corbeau était considéré comme un animal sacré ou comme messager divin ?

Ils apparaissent en effet dans les mythologies de nombreux pays ou peuples (Vikings, Celtes, etc.). De plus ils jouent souvent un rôle important pour la création du monde ou la fondation d’un État. C’est notamment le cas de Yatagarasu, le corbeau mythologique japonais que nous allons vous présenter ici.

Les récits du Kojiki et du Nihon shoki

Ce corbeau apparaît tout d’abord comme un messager du dieu dans les deux plus anciens écrits japonais : le “Kojiki” achevé en 712 et le “Nihon shoki” achevé en 720. Tous deux sont des recueils mélangeant mythes et faits historiques sur l’origine du Japon. Ils présentent les mythes autour de l’âge des dieux (kamis) et la création du pays : origine du ciel et de la terre. Le Kojiki traite la période depuis l’origine jusqu’à l’ère de l’impératrice Jitô (645 – 13 janvier 703). Le Nihon shoki contient quant à lui des histoires jusqu’à l’ère de l’impératrice Suiko (554 – 628).

Ces deux livres narrent des mythes et légendes japonaises mais contiennent aussi des éléments historiques très importants. Tous deux présentent en particulier l’histoire de l’empereur Jinmu (660 av. J.-C. – 585 av. J.-C.), le 1er empereur du Japon. Ce dernier est considéré comme descendant de la déesse shintô Amateratsu.

Selon ces livres, il serait parti de Hyûga (la préfecture de Miyazaki actuelle) pour Yamato (la préfecture de Nara actuelle) afin de fonder son État. En se dirigeant vers l’est, l’armée de l’empereur Jinmu rencontra de nombreux d’obstacles. En particulier un combat contre une armée locale où il perdit son frère aîné. Quand l’empereur Jinmu et son armée atteignirent la forêt de Kumano (dans la préfecture de Wakayama), ils se perdirent. Pour le sauver, le dieu Takaginokami (ou Amaterasuômikami selon le Nihon shoki) lui envoya alors le corbeau Yatagarasu pour le guider et l’aider à conquérir Yamato.

Empereur Jimmu guidé par Yatagarasu
Empereur Jimmu guidé par Yatagarasu représenté par Adachi Ginkô (1853 - 1908)

Depuis cela, Yatagarasu est devenu un symbole de Kumano et est profondément vénéré en tant que dieu qui guide.

Yatagarasu, le corbeau à trois pattes

Au fil de temps, Yatagarasu est devenu, dans l’imaginaire collectif, le corbeau à trois pattes. Mais pourquoi pensait-on qu’il avait trois pattes ? Et que signifient ces trois pattes ?

Il y a en fait plusieurs théories à cela.

l'influence chinoise

La première vient de la Chine où l’on croyait à l’existence d’un corbeau à trois pattes vivant dans le soleil. Cette croyance s’est répandue jusqu’au Japon en passant la péninsule coréenne.

Le nombre de pattes serait alors basé sur la philosophie des cinq éléments Yin et Yang.  Les chiffres pairs (2, 4, 6, …) sont associées à la Lune tandis que les chiffres impairs (1, 3, 5, …) sont associés au Soleil). Par conséquent on aurait choisi de donner trois pattes au corbeau pour symboliser le soleil et ainsi rappeler l’origine de l’oiseau.

Une autre raison avancée est que les trois pattes pourraient représenter chacune : le soleil levant, le soleil du jour et le soleil couchant.

Dans le “Wamyô ruijushô” le plus ancien dictionnaire du Japon, Yatagarasu est défini comme un corbeau à trois pattes. Ce dictionnaire a été écrit au milieu de l’époque de Heian (vers 930 ans) et c’est justement à cette époque qu’on a commencé à associer Yatagarasu et ce corbeau de Chine.

Philosophie shintô

La deuxième théorie énonce que les trois pattes de Yatagarasu représentent : “le ciel (le dieu)”, “la terre” (la nature) et “l’humain”. C’est une théorie qui manifeste que le dieu, la nature et l’humain sont tous frères du Soleil. Cette théorie est présentée par Kumano Hongou-Taisha, le temple shintoïste de Kumano.

Le corbeau Yatagarasu au Kumano Hongou Taisha
Entrée du sanctuaire shintô Kumano Hongou Taisha dans la préfecture de Wakayama

Emblème local

La troisième théorie propose que ses trois pattes représentent trois familles puissantes à l’époque de la région de Kumano, Enomoto-Uji, Ui-Shi et Fujishirosuzuki-Shi.

Petite étude éthymologique

En japonais Yatagarasu s’écrit 八咫烏.
Le kanji 咫 c’est une unité de longueur qu’on prononce “Ata”. Le kanji 八” signifie  “8” et le kanji 烏 représente “le corbeau”.

Il y a plusieurs théories pour la longueur de 1咫. Selon la théorie la plus forte, 1咫 représente environ 18 cm. De ce fait, si 1咫 est égal à 18 cm, alors 8咫 font 144 cm. Cela signifie que Yatagarasu était un corbeau mesurant 144 cm, c’était par conséquent un très grand corbeau. D’ailleurs, dans le Kojiki, Yatagarasu apparait comme 大烏 littéralement “grand corbeau”.

Le 1er empereur japonais Jinmu et le corbeau Yatagarasu
L'empereur Jinmu représenté par Tsukioka Yoshitoshi (1839 - 1892)

Représentation du corbeau Yatagarasu de nos jours

Un emblème populaire !

On peut dire que la représentation du corbeau Yatagarasu est bien familière aux japonais. En effet, il est utilisé comme symbole de la fédération japonaise de football et on le retrouve sur les uniformes des footballeurs de l’équipe nationale.

La fédération de football a choisi Yatagarasu pour son symbole en espérant que, comme pour l’empereur Jinmu, il amène bien le ballon au but.

Aujourd’hui encore, il y a toujours des membres de la fédération ainsi que des footballeurs qui viennent au temple de Kumano afin de prier pour leur victoire.

Yatagarasu sur l'emblème de la JFA

Le corbeau Yatagarasu et les forces japonaises d'autodéfense

Enfin, on retrouve aussi le corbeau Yatagarasu dans le symbole de Middle Army Military Intelligence et Military Intelligence Command.
Aussi, avant la deuxième guerre mondiale, la représentation de Yatagarasu était utilisée pour la médaille militaire de la seconde guerre sino-japonaise.

Le corbeau chez Mono ni kokoro

Notre coussin “Nuée de corbeaux” proposé dans notre boutique nous a donné envie de raconter une histoire sur ces oiseaux souvent mal considérés. Nous voulions en effet montrer que, contrairement à l’image négative qu’ils portent aujourd’hui, ils étaient par le passé vénérés comme messagers des dieux dans le monde entier.
C’est pourquoi nous avons choisi de vous raconter l’histoire du corbeau japonais à trois pattes : Yatagarasu qui donne une autre image à cet oiseau.

Coussin nuée de corbeaux
Le côté pop du coussin contraste avec les tons sombres du motif

Nous remercions sincèrement @magic_okapi pour le superbe portrait de corneille mis en tête d’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Panier

☆★ Retrouvez-nous le dimanche 26 mai au Petit marché Chemin de trois-portes 25 à Neuchâtel de 11h à 16h ! ★☆

X