Accueil » Rencontrez les kokeshi, les poupées japonaises traditionnelles
Kokeshi poupées traditionnelles japonaises - musée Japon - Crédit : Hans Splinter

Rencontrez les kokeshi, les poupées japonaises traditionnelles

Dans la région de Tôhoku, on trouve de nombreux objets d’artisanat populaires et traditionnels attrayants, tels que Tsugaru-nuri, Nanbu-tekki, Odate-magewappa, Akabeko, etc. La poupée kokeshi, originaire des zones de sources thermales de la région, est aussi un produit représentatif de cette région.

Il existe plusieurs kokeshi uniques reflétant la tradition et l’histoire des préfectures de Yamagata, Aomori, Fukushima, Iwate et Akita. Cependant, seule la kokeshi traditionnelle de Miyagi est enregistrée comme produit artisanat traditionnel du pays !

Les kokeshi sont toutes différentes, en effet, leurs expressions, leurs designs et leurs motifs dépendent de leur origine. Elles nous donnent donc envie de toutes les collectionner !
Leur formes charmantes transmettent un sentiment de détente et de joie et plaisent ainsi à tout le monde. En plus, elles feront un souvenir idéal de vos voyages dans les bains thermaux de Tôhoku.

Il existe maintenant de nouveaux styles et designs créatifs de poupées comme ceux réalisés par l’atelier Sakurai que nous présentons dans notre boutique. Cependant, dans cet article nous vous présentons plutôt les kokeshi traditionnelles qui existent depuis la fin de l’époque d’Edo.

L'origine des kokeshi

À l’époque d’Edo, les artisans du bois fréquentaient beaucoup les clients des bains thermaux de la région de Tôhoku. Les menuisiers ont alors compris qu’il y avait beaucoup de demandes pour les jouets en bois comme souvenirs pour les enfants. C’est ainsi qu’ils ont commencé à les fabriquer en utilisant les chutes du bois ayant servi pour la conception de bols ou de plateaux. L’origine des kokeshi que l’on voit actuellement vient probablement de ces jouets en bois. Les plus anciennes kokeshi fabriquées comme souvenir sont sans doute celles de la ville de Tôgatta, dans la préfecture de Miyagi, à l’ère Bunsei (1804 – 1830). Ensuite, à l’ère Tenpô (1830 – 1844), les artisans japonais de la ville de Tsuchiyu, dans la préfecture de Fukushima, ont également commencé à fabriquer ces poupées. Les trois lieux principaux de naissance de kokeshi sont : le bain thermal de Naruko, dans la préfecture de Miyagi, le bain de Tsuchiyu, dans la préfecture de Fukushima et le bain de Tôgatta, dans la préfecture de Miyagi.

Une poupée aux diverses utilisations

À l’époque, la plupart des clients des bains étaient des agriculteurs qui, épuisés par leurs durs labeurs, venaient prendre un bain pour se reposer. On considérait alors que les kokeshi fabriquées par les artisans comme des porte-bonheurs. On pensait en effet qu’elles apportaient une bonne santé et une bonne récolte. C’est pourquoi de nombreux agriculteurs en emportaient chez eux.

Les kokeshi étaient donc aussi bien considérées comme porte-bonheurs que comme jouets pour enfants.

Depuis l’ère Taishô (1912 – 1926), de plus en plus de gens collectionnent les kokeshi en tant que produit artisanal.

L’utilisation de ces poupées a changé avec le temps. Actuellement elles sont populaires partout dans le Japon et plus seulement dans les quartiers des bains thermaux de Tôhoku. De nos jours on dénomme “Kokeshi kôjin” l’artisan les fabriquant. Il en existe onze familles différentes réparties dans les six préfectures de la région de Tôhoku. Elles sont catégorisées en fonction de leurs formes et de leurs dessins. Nous vous présentons dans cet article les styles et les caractères des 11 familles principales.

Trois types de conception de kokeshi

Types de conception de kokeshi

Avant de découvrir les kokeshi de chaque région, nous vous présentons d’abord 3 types de conception.

  • Sashikomi : la tête et le corps sont fabriqués séparément. Chaque partie possède un trou de tailles égales. Ces deux parties sont assemblées à l’aide d’un petit bâton servant de lien. À la fin, on les fixe bien en tapant doucement avec un maillet.
  • Hamékomi : la tête et le corps sont fabriqués séparément comme Sashikomi. Une partie a un trou et l’autre une saillie plus grande que le trou. On les assemble en utilisant la rotation du tour et en les insérant l’une dans l’autre. La tête peut tourner et émettre  un son grâce à la friction. Les kokeshi de Naruko sont fabriquées de cette manière. C’est une technique difficile qui demande une grande expertise.
  • Tsukuritsuke : la kokeshi est fabriquée dans  un seul morceau de bois.

Les 11 familles principales de kokeshi

Naruko (préfecture de Miyagi)

Née autour du bain thermal de Naruko, cette kokeshi se caractérise par sa technique de fabrication Hamékomi expliquée ci-dessus.
Concernant la silhouette, ses épaules sont carrées et sa taille est légèrement étranglée.  Les chrysanthèmes ou les érables sont dessinés sur le corps. Ces dessins sont assez réalistes. Sur la tête, on retrouve un motif appellé “Mizuhiki” dessiné en rouge avec un style noble.

Sakunami (préfecture de Miyagi)

Son origine provient de la région autour du bain thermal de Sakunami. Son corps est spécialement fin afin de permettre aux enfants de la tenir facilement. À partir de l’ère Taishô cette kokeshi est devenue un objet à admirer. Les artisans ont donc ajouté un support à sa base pour la stabiliser. On observe des lignes au niveau des épaules et en bas. Le design du motif du chrysanthème s’appelle le “crabe chrysanthème”. Il est assez attirant. Son expression s’est adoucie avec le temps, son visage était en effet plus sévère à l’époque.

Yajirô (préfecture de Miyagi)

Cette famille, née au village de Yajirô, dans la ville de Shiraishi et à côté du bain thermal de Kamasaki, est plus récente que les kokeshi de Naruko et Tôgatta.
À l’origine, les paysans fabriquaient des kokeshi comme deuxième travail et allaient les vendre aux clients du bain thermal. Cette kokeshi se caractérise par un motif consitué de plusieurs lignes colorées dessinées sur la tête. On dirait qu’elle porte un joli béret.
Comme les autres kokeshi, sa tête est plus grosse que son tronc mais la forme du tronc est parfois étranglé, parfois droit. Les artisans répondaient aux demandes des clients pour le design. Il en résulte ainsi que ces kokeshi ont des couleurs magnifiques et des formes variées.

Tôgatta (préfecture de Miyagi)

Cette famille a été développée autour du bain thermal de Tôgatta. Cette kokeshi se caractérise par une grosse tête insérée dans un corps fin avec des épaules tombantes. Elle a des yeux en amande et un nez représenté par deux traits. Un motif radial élégant nommé “Tegara” est dessiné sur sa tête.

Tsuchiyu (préfecture de Fukushima)

Originaire des environs du bain thermal de Tsuchiyu, cette poupée a une petite tête et un corps plutôt fin. Sur sa tête, on retrouve un motif appelé “Jya-no-me” (cercle avec un point en centre). Les ornements pour les cheveux sont aussi dessinés sur chaque côté. Son expression est féminine avec ses yeux en amandes, son nez long et sa petite bouche. On remarque les belles raies horizontales en rouge, jaune et vert sur le corps. Cette kokeshi est aussi fabriquée avec la technique de Hamékomi comme celle de Naruko.

Hijiori (préfecture de Yamagata)

Cette poupée vient du bain thermal de Hijiori.
Denzô Kakizaki, un menuisier ayant fait son apprentissage à Naruko, a créé sa base. Son disciple et en même temps son fils adopté : Tôgorô Inoué a aussi contribué à sa création. Ce dernier avait fait son apprentissage à Tôgatta. Par conséquent, cette kokeshi a des caractères de ces deux régions.
Sa grosse tête est insérée dans le corps avec la technique Sashikomi et le motif radial en rouge est dessiné sur la tête. Ses yeux sont fins et souriants et les contours de sa bouche sont précis. Son corps est souvent peint en jaune et des chrysanthèmes ou des oeillets sont y dessinés.

</